La liberté d’expression n’a-t-elle pas de limites?

23 Sep 2015 par

imageJe ne sais trop quoi penser de la poursuite contre Mike Ward, surtout depuis que j’ai appris que c’est Julius Grey qui assurera sa défense. Le fait est que, avec mes poules savantes, j’ai rencontré des centaines d’enfants à qui j’ai appris à respecter la différence de l’autre. Je leur explique combien il est important de respecter chacun, que tous on des forces qu’ils peuvent mettre au profit de leur groupe. Que chaque être humain est utile à sa communauté. Qu’on ne doit pas ostraciser un ami parce qu’il nous semble inutile ou ridicule…

Je me suis demandé si c’était la différence de Jérémy qui rendait à mes yeux le propos de Ward inacceptable. Au fond, je peux rire beaucoup quand les Zappartistes se paient la tête de Jean Charest. Je ne sais pas ce que Ward a dit, pas plus que les conséquences que Jérémy a subi par la suite, au fond, ça ne m’intéresse pas. Ce qui me trouble par contre, c’est le message qu’on laisse aux enfants qui seront les adultes de demain.

On investit (en tout cas, on a pas encore coupé ce secteur, à moins que je n’en sache rien) dans la lutte à l’intimidation dans nos écoles. Si on le fait, c’est que des études ont prouvé les effets à long terme de l’intimidation, et pas seulement sur les enfants, pensons au harcèlement au travail.

J’imagine un de ces enfants qui intimide. Le p’tit criss qu’on admire ou qu’on craint dans la cours d’école. Celui qui finit, à coup de sanction, par comprendre qu’on ne doit pas faire ça aux gens. Que ce qu’il subit ailleurs, car c’est souvent le cas, est mal et qu’il ne doit pas recopier ce comportement. Que se dira ce p’tit criss, lorsqu’à l’âge de 16 ou 17 ans, il verra un spectacle d’un humoriste qui se fout de la gueule d’un enfant handicapé qu’on a vu à la télé ou sur le web? Pas un nobody avec un surnom, une vraie personne que tout le monde peut identifier? Ben moi, si j’étais lui, je m’inscrirais à l’école de l’humour pour pouvoir dire ce que je veux, de qui je veux, quand je veux. Parce qu’au nom de la liberté d’expression, il semble que l’on puisse tout dire.

Que répondrez-vous à vos enfants de 10-12 ans, qui ont donné un surnom vraiment bête à un ami de la classe qui a une démarche titubante et qu’ils vous diront, ben Ward il dit bien ça de Jérémy lui!

J’sais pas pour vous, mais il me semble que ça marche pas. Je crois que certaines personnalités publiques, notamment les politiciens, s’attendent à ce qu’on se paie leur tête, que ça fait partie des désavantages du travail qu’ils ont choisi. Je ne crois pas que Jérémy, en réalisant son rêve, en montrant à tous qu’il pouvait se dépasser, s’attendait à devenir la tête de turc d’un humoriste.

Je ne sais pas quoi penser de cette poursuite, mais je suis presque certaine d’une chose : on envoie un mauvais message à nos enfants.

Articles liés

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *